Les gallinacés : des poulets, pintades, et cailles sont cuisinés sous plusieurs formes. Ils peuvent être dégustés sous forme de soupe ou de grillade. Le poulet ‘’bicyclette’’ doit son nom a ses longues pattes qui donne l’impression, lorsqu’il court, qu’il pédale une bicyclette. Il est braisé, ou rôti dans un grand four vertical dont la porte est vitrée. Cette dernière forme de cuisson s’appelle ‘’poulet télévisé‘’. Il est également cuisiné avec du rabilé (levure de dolo) et est appelé poulet au ‘’rabilé’’ en langue Mooré. On trouve les gallinacés préparés sous toutes ces formes dans les rues, les bars et les espaces verts aménagés de la ville.

Les brochettes : Pays d’élevage, les brochettes de viandes ont fait la réputation du Burkina Faso dans la sous région. Les brochettes de zébu, de mouton, de chèvre, de foie, de rognon, de gésiers sont autant de variétés que l’on peut déguster sur toute l’étendue du pays, à tous les coins de rue.

Le porc au four : une spécialité du pays gourounsi, particulièrement de Réo. Des minis fours installés un peu partout fournissent de la viande de cochon de laie, particulièrement dégusté dans la journée. C’est le plat le plus demandé par les travailleurrs.

Le gibier sauvage : Pendant la période de la chasse, il est devenu courant de pouvoir déguster de la viande sauvage dans des restaurants spécialisés. A ces endroits, les plats vont de la soupe à la grillade et contiennent de la viande de petit gibier (lièvre, perdrix, hérisson, etc.) et de gros gibier (lion, phacochère, etc.).